Emballages isothermes : toujours plus d’excellence dans notre démarche qualité

Sofrigam apporte depuis toujours une attention particulière à la qualité de ses emballages thermosensibles et aux matériaux qui les composent. L’utilisation d’un fluxmètre thermique est une nouvelle avancée dans la démarche d’amélioration continue de l’entreprise.

ISO  9001, audits externes : une démarche qualité bien rodée

Nous fabriquons des emballages à température contrôlée pour les plus grands noms de l’industrie pharmaceutique. Ceux-ci auditent régulièrement notre site de production, ce qui est une raison supplémentaire pour nous d’apporter une attention particulière à la qualité de nos emballages. 

En effet, Sofrigam  a mis en place une démarche qualité tout au long de son processus de fabrication des emballages pour répondre aux exigences de la  certification ISO 9001. Méthode d’organisation, mode de gestion des non conformités, suivi de la satisfaction client sont autant de critères pris en compte par la certification ISO 9001 qui normalise le système de gestion de la qualité. 

 

Un lambdamètre pour mesurer la qualité thermique des composants de l’emballage isotherme

Sofrigam travaille en étroite collaboration avec le laboratoire d’essais thermiques Ater Métrologie pour tester, qualifier et valider ses emballages isothermes. Dernièrement, le laboratoire s’est doté d’un lambdamètre, outil de mesure de la résistance thermique d’un matériau isolant. 

Si Sofrigam dispose d’une solide équipe Qualité qui contrôle systématiquement les matières premières à leur arrivée et les produits finis (emballages et caisses isothermes, etc.), Sofrigam va donc encore plus loin dans sa démarche qualité avec le lambdamètre. Cet outil,  également appelé fluxmètre thermique, mesure la résistance thermique d’un matériau isolant. Thibault Pech, ingénieur R&D au sein du laboratoire Ater Métrologie, nous explique son fonctionnement :

« Le lambdamètre est composé de deux plaques l’une au-dessus de l’autre qui vont venir prendre le matériau isolant en sandwich. Chacune des plaques va être réglée à une température différente, comprise entre -10°C et +90°C. Si on veut par exemple connaître la conductivité thermique d’un matériau à +5°C, on règle une plaque à +10°C et l’autre à 0°C. Une fois l’équilibre atteint, le fluxmètre thermique va mesurer le flux thermique échangé entre les deux plaques et calculer la résistance thermique du matériau. »


resistance thermique, conductivité thermique

Fluxmètre thermique 

 

Il s’agit là d’un formidable outil pour Sofrigam qui l’utilise pour contrôler la qualité des composants de ses emballages. En effet, le lambdamètre permet à Sofrigam non seulement de vérifier les propriétés thermiques de l’isolant en polyuréthane, du carton extérieur de ses caisses isothermes ou encore des revêtements en tissu utilisés dans ses sacoches isothermes, mais également de vérifier l’évolution de la conductivité thermique de ces matériaux dans le temps. Et ceci permet de proposer des emballages isothermes toujours plus performants à nos clients ! 

Le respect de votre vie privée est notre priorité. Notre site utilise des cookies à des fins d’analyse d’audience. Vous pouvez accepter ou refuser le dépôt de cookies.